La commune de Garlin

Histoire et chiffres clés

Gros bourg du Vic-Bilh, son nom signifie « sol humide et marécageux ». Les nombreux tumuli qui y ont été fouillés attestent d’une présence humaine dès l’âge de bronze. Certains de ces tumuli de grande importance ont livré de nombreux vestiges. Ils se trouvent en grande partie près du Chemin de Saint-Pé, ancien chemin de transhumance rejoignant le plateau de Ger, et très emprunté dans l’antiquité.

Il s’agissait d’une ancienne bastide fondée, semble-t-il, en 1302 par la vicomtesse Marguerite de Béarn11,12 (comme celle de Nay), pour faire face aux places fortes anglaises du Tursan, plus précisément Sarron, Geaune, Pimbo. C’est la raison pour laquelle ce lieu s’appelait et encore s’appelle « Porte du Béarn »13. En effet, on comprend, avec la carte en contour, qu’il fût facile à défendre cette bastide bénéficiant du ravitaillement dès la région du Béarn, au sud [carte en ligne (puis, rubrique Relief dans le menu (en haut à gauche)) [archive]].

Puis, Garlin fut un centre protestant très actif au xvie siècle. Un siècle plus tard, les Capucins fondèrent un couvent pour ramener la cité dans le giron du catholicisme. Selon un dicton ancien : Las hilhòtas de Garlín  » Rèvan d’escuts e de draps de lin !

En 1385, Garlin comptait trente feux et dépendait du bailliage de Lembeye4.
Il y avait à Garlin un hôpital de l’ordre de Malte (espitau Monpeslé ou espitau de la Magdelaine) dont l’existence est attestée dès 15424,14 (réformation de Béarn10) et qui était déjà en ruine au début du xviie siècle (1617).

En 1790, Garlin était le chef-lieu d’un canton comprenant les communes de Baliracq-Maumusson, Boueilh-Boueilho-Lasque, Castetpugon, Garlin, Mascaraàs-Haron, Moncla, Mouhous, Pouliacq, Ribarrouy et Taron-Sadirac-Viellenave.
Henri Guillermin, résistant et homme politique, est parachuté dans la nuit du 6 au 7 juillet 1944 avec un parachutage d’armes ; il se casse les deux jambes et est soigné par le docteur Pierre-William Monties de Garlin.[réf. nécessaire]

L’histoire contemporaine du Vic-Bilh est dominée par la construction de l’autoroute A 65 Pau-Bordeaux. Garlin revendique la construction d’un échangeur sur son territoire afin de desservir les vignobles renommés du Madiran, Saint-Mont et Tursan.

Situation géographique

Garlin est une ancienne bastide béarnaise située à environ trente kilomètres au nord de Pau, en pays de Vic-Bilh. La commune est limitrophe du département des Landes.
Le Vic-Bilh est la partie nord du Béarn dont le nom signifie « le vieux pays » en béarnais.

La commune possède un accès sur l’autoroute A65 (diffuseur de Garlin) et est desservie par la route nationale 134 et les routes départementales 16, 41, 42, 105 et 946.

20 min de l’ aéroport de Pau-Pyrénées

35 min de la Gare de Pau

2 min de l’autoroute A65

30 min de la Ville de Pau

Plan (Google Maps)